L’aventure est dans le bio

L’aventure est dans le bio

L'histoire de Karine et Jeff aurait pu s'écrire à l'ombre des platanes ou au bord de l'océan. Il se trouve qu'elle a pour cadre le Sud-Ouest de la France. De voyages en voyages, de terres en terres et aussi de rêves en rêves, de moments partagés en plaisirs toujours réinventés, Karine et Jeff ont épousé un modèle de vie et de travail qui leur apporte joie, équilibre et sérénité.

La danse pour Karine, la musique pour Jeff

Imaginons une petite fille timide passionnée de danse. Et une jeune fille non moins réservée et vibrante du désir d'apprendre. Durant toute son adolescence, Karine s'absorbe dans la contemplation des grands danseurs. Une idée s'installe peu à peu dans son esprit jusqu'à devenir une certitude : « Pour ressentir le plaisir, il faut être créatif. » Dès lors, Karine crée ses propres chorégraphies qu'elle interprète avec bonheur, des après-midi entières.

Imaginons maintenant un garçon passionné de guitare, pour qui la musique symbolise l'Art par excellence. Jeff suivra ce chemin artistique pendant dix ans en devenant musicien professionnel. Vingt ans plus tard, il s'extasie toujours avec la même ferveur : « La musique m'a rendu sensible à la beauté, m'a enseigné le sens de l'écoute, m'a offert l'occasion de créer librement et dans le plaisir. »

« Une partition à quatre mains »

Un beau jour, une idylle naît entre la danseuse et le musicien. Pour la jeune fille renfermée qui a peu confiance en elle, « les portes du monde s'ouvrent ». Karine et Jeff se transforment mutuellement. Lui est profondément ému par cette jeune fille qui bouscule son quotidien et se sent en harmonie avec elle, comme avec la musique. Elle découvre le partenaire idéal. Lorsqu'ils se marient, elle a 18 ans, il en a 27… Le temps ne fera que renforcer cette union : après vingt-trois ans de mariage, ils sont toujours côte à côte, s'épaulent, se fixent des objectifs ambitieux, se lancent de nouveaux défis qu'ils relèveront, bien sûr, ensemble.

Un tour du monde en quatre-vingt saveurs et plus...

À l'époque de leurs vingt ans, Jeff et Karine ont déjà conscience de la surconsommation à laquelle nous nous livrons dans nos sociétés occidentales. Sans savoir encore qu'ils deviendront des acteurs de premier ordre de la production bio, ils pressentent l'importance qu'auront la nature et le respect de l'environnement dans leur vie professionnelle future.

Cependant, Jeff, qui gagne sa vie dans un magasin spécialisé dans la vente d'instruments de musique, se contenterait volontiers d'amour et d'eau fraîche tandis que Karine, déjà audacieuse, rêve de liberté et décide de rejoindre une école de danse à Los Angeles. Le jeune musicien accepte de suivre sa muse et, de cette décision, naîtra leur premier voyage commun. Cap sur l'Amérique centrale, puis sur l'Amérique du Sud !

C'est le début d'une passion partagée pour la découverte des paysages, des faits culturels, des cuisines du monde, la rencontre avec des personnes, des sensibilités, des couleurs, des émotions… Le voyage est synonyme d'aventures, plus ou moins plaisantes, mais toujours fructueuses. Karine et Jeff découvrent le bonheur de vivre et de travailler à l'étranger.

Un second grand voyage et un troisième enfant au bout du chemin...

Cependant, il faut rentrer en France… Années difficiles où l'ennui risque d'apparaître à tout moment dans cette vie imposée par le conformisme et des valeurs qui ne sont pas celles de Karine et Jeff. La vie de métropole se remet en place, Jeff reprend sa place au magasin pour vendre les instruments de musique, Karine élève ses enfants en s'efforçant déjà de leur apporter l'équilibre dont ils ont besoin. Adepte de la liberté, elle pratique l'école par correspondance.

Très vite néanmoins, Karine et Jeff prennent la décision de partir à nouveau. Cette fois, ce sera la traversée de l'Europe puis du Proche-Orient – où naît, en Jordanie, leur troisième enfant –, et enfin la traversée de l'Afrique jusqu'au Cap de Bonne-Espérance. C'est à la suite du dernier voyage que le couple envisage sérieusement de créer un projet professionnel commun. Ils cherchent, ils pensent, ils rêvent. Et l'évidence s'impose : ce qui les a toujours passionnés, ce qu'ils ont toujours fait à deux, c'est la cuisine. Ils réalisent qu'au cours de leurs périples successifs autour du monde, ils étaient parfaitement heureux lorsqu'ils élaboraient des recettes pour les restaurants dans lesquels ils travaillaient.

Après avoir tant aimé contempler les brumes accrochées aux sommets africains, après s'être nourris de la beauté des paysages qu'ils évoquent tous les deux aujourd'hui encore avec une émotion sincère, ils sont prêts. Il s'agira, grâce à la cuisine qu'ils vont mitonner, d'offrir aux consommateurs ces mêmes couleurs, ce même bonheur que la terre délivre naturellement au voyageur de passage. Avec ce dessein bien ancré au cœur, le second retour en France est plus facile.

Un concours, un panier et des petits pots...

En 1999, le couple s'installe dans le Sud-Ouest de la France, dans le village de Jegun. L'achat d'un camion, de marmites, un tour de cuillère dans la ratatouille aux couleurs des champs du Gers – le bleu des aubergines, le vert des courgettes, le rouge des tomates – et le tour est joué. En apparence du moins, car ce n'est pas si simple. Karine est enceinte de son quatrième enfant, mais la famille vit toujours de façon bohème… Il faut se lever tôt pour partir sur les marchés ou les foires proposer les plats élaborés dans la cuisine de la maison familiale. En même temps, il faut parvenir à oublier les hauts plateaux de l'Éthiopie…

La chance se présentera sous la forme de deux concours pour la création d'entreprise qui seront remportés aisément. « Je suis allée participer au ‟Défi Jeune” de la région avec mon panier, mes petits pots qui n'étaient pas stérilisés. J'avais neuf minutes pour convaincre », se souvient Karine. Elle parle tellement bien à Toulouse qu'à la fin, les membres du jury veulent tous goûter ses plats… Elle empoche le prix et l'argent sert à la création d'un premier atelier de préparations culinaires. Joachim, le quatrième enfant du couple, aujourd'hui âgé de quinze ans, naît en même temps que ce projet d'installation d'entreprise au nom évocateur : Le Bonheur est dans le Pot.

50 étagères Ikea à 50 Francs

Sans une véritable mise initiale, avec pour seul bagage la certitude de porter un projet épanouissant empreint de valeurs et de réussites, Karine et Jeff se lancent. Au volant d'un camion, ils vont de leur cuisine-atelier aux diverses exploitations agricoles de la région pour se procurer les légumes frais et autres ingrédients. Tous les enfants sont de l'aventure. Pour eux, c'est le bonheur. Les parents cuisinent, mettent en pots, étiquettent.

Quand ils partent livrer leurs produits, la famille est embarquée à nouveau à l'arrière du véhicule, lequel traîne bientôt une remorque. Car, un matin, Jeff a eu la bonne idée d'acheter 50 étagères à 50 francs pour proposer des présentoirs aux revendeurs… La famille adore. Parfois, c'est moins drôle pour les parents : ils pèlent les kilos de pommes de terre et de poireaux dans le froid des petits matins.

Que reste-t-il aujourd'hui de ces années bohèmes ? « Les piliers de l'entreprise, répond Karine sans l'ombre d'une hésitation, l'envie décuplée de partager une passion et un savoir-faire en matière nutritionnelle, la conviction de pouvoir y parvenir. » Et Jeff de ponctuer : « Ces années sont toujours en moi, elles me chauffent le cœur. »

Karine et Jeff vivent modestement et ce n'est pas facile avec plusieurs enfants. Même l'opportunité offerte par le festival de jazz de Marciac ne suffit pas à assurer un niveau de vie en rapport avec le travail accompli. Et si ces étés donnent l'occasion d'installer de grandes tablées pour accueillir les festivaliers et leur proposer la dégustation d'une cuisine bio – la fameuse ratatouille –, il faut que la petite entreprise familiale devienne plus productive, et ce d'autant plus que de beaux magasins installés sur Paris réclament désormais les produits.

Les cuisines de Toulouse : dans les arcanes de la création

Fin 2001, Karine et Jeff décident de donner plus de souffle à leur projet initial et, après avoir sollicité des banques pour l'obtention de prêts, investissent dans de nouvelles marmites. Ils quittent aussi le Gers pour s'installer à Toulouse, avec leurs quatre enfants et leurs équipements. Dès lors, comme dans un conte de fées, les cuillères s'emmêlent, tournent, virevoltent. Dans une cuisine-atelier plus grande, Jeff et Karine, plus que jamais inspirés par les cuisines du monde, enrichissent leur gamme de recettes et mijotent des plats savoureux à partir de ces ingrédients simples auxquels la gaieté et le soleil donnent un bouquet nouveau.

La musique stimule toujours autant Jeff et va nourrir ces réalisations culinaires. « En fonction de l'air qui me trotte dans la tête, je choisis l'un ou l'autre ingrédient et y associe une petite herbe que je fais chanter. » Comme Karine, il a besoin d'être de bonne humeur pour cuisiner…. Le plaisir est pour elle aussi la source de la créativité. Ce plaisir, elle le trouve dans la sensation de liberté que procure l'acte créatif en soi. Elle se découvre aussi, par ses lectures, des modèles : Léonard de Vinci, Einstein et même Michael Jackson…

De l'influence de l'Ethiopie sur des esprits créatifs

Les paysages qu'ils ont tant aimés au cours de leurs voyages sont, pour Karine et Jeff, une source d'inspiration d'une richesse infinie. La création culinaire devient l'occasion de ressusciter des souvenirs, des impressions, des émotions.

En 2005, les comptes s'équilibrent. L'entreprise embauche. La gamme de plats cuisinés concoctés à partir de céréales et de légumes s'est diversifiée au fil des mois. Pour Karine, la Soupe Thaï reste l'une des plus belles réussites de la marque. « En plus de ses qualités nutritives et gustatives, elle tient la promesse de plaire à tous, enfants, personnes âgées, adultes soucieux de goût, et surtout, elle réconforte, elle donne l'occasion de se retrouver autour d'un plat universellement convivial, la soupe, au moment de la journée le plus propice au plaisir : le soir. » Dans l'esprit artiste de Jeff, une autre recette rappelle, jour après jour, les jungles africaines et la saveur de la terre lointaine : le tagine de lentilles aux potimarrons…

Les cuisines de Revel

En 2005, la situation de l'entreprise familiale s'améliore et, dans les années qui suivent, Karine et Jeff commencent à présenter leurs produits sur des salons internationaux : en Allemagne, en Belgique, en Suisse, en Espagne… et même à Hong Kong. 2012 voit la naissance de leur septième enfant. Cependant, l'atelier de Toulouse est devenu vieux, étriqué – en un mot, inadapté aux plats colorés nés de l'imagination fertile des créateurs.

La famille Marie-Tardon, le couple en tête, reste dans la maison toulousaine, mais Karine et Jeff esquissent les plans d'un nouvel établissement qui accueillera l'activité future. Ils prennent soin de choisir un lieu d'énergie et consultent un spécialiste en géobiologie. Ils entendent implanter leur entreprise en fonction des énergies telluriques et envisagent même, dès cette époque, une extension future. Le choix se porte finalement sur un terrain qui n'a jamais été cultivé.

Le couple est heureux de découvrir ce sol noble, vierge de tout traitement chimique (insecticides, pesticides) et de tout OGM. En 2011, Karine et Jeff installent leur activité professionnelle dans cet endroit singulier : au pied de la Montagne Noire où coule l'eau pure du Parc naturel régional du Haut-Languedoc tout proche. C'est cette eau qui entrera désormais dans la composition des potages…

L'envolée vers l'international

Ces nouvelles installations permettront à l'entreprise familiale d'améliorer sa productivité et d'augmenter sa capacité de production. Les innovations sont aussi au rendez-vous : en 2013, Manuel, le fils aîné du couple, ouvre le premier restaurant-boutique bio à Toulouse ; en 2015, Karine reçoit le Trophée de l'Innovation qui récompense l'entreprenariat au féminin. Cette distinction mettra en valeur la marque Le Bonheur est dans le Pot et le travail accompli.

Cependant, Karine n'entend pas en rester là. En femme d'énergie, elle poursuit sa mission : plus que jamais, elle souhaite transmettre sa passion pour une nourriture saine et entend jouer un rôle actif dans l'éducation à la santé et au bien-être…

Quant à Jeff, il partage ces idées et veille scrupuleusement au bonheur de sa famille. Il entretient ses cuisines, soignant ses installations avec ce souci constant du détail qui fait l'excellence des artisans, reste à l'écoute des uns et des autres et améliore son environnement en plantant des centaines d'arbres… En même temps, le chef d'entreprise hors pair qu'est devenue Karine se dirige vers l'international et, une fois de plus, bouscule Jeff. L'été 2015 est l'occasion de deux voyages d'étude et de prospection aux États-Unis. Un excellent accueil est réservé aux produits, de sorte qu'en octobre de cette année 2015, les distributeurs américains et canadiens recevront les premières livraisons.

Aujourd'hui, après vingt-trois ans de vie commune, Karine et Jeff partagent toujours cette conviction qu'une des valeurs fondamentales de la vie réside dans le bio. Ils s'engagent à le faire savoir, avec passion et sensibilité, tout en apportant le témoignage que l'on peut vivre « autrement ».

Clothilde Monat
Créatrice de Storytelling
Octobre 2016